lundi 30 novembre 2015

SULAJA TI SOUTH SUDAN, un goût de nouveau commencement

A l'approche de Noël 2015, en voici une belle idée cadeau: offrir le nouveau café SULAJA TI SOUTH SUDAN! Mais au fait, qu'est-ce-que cela signifie ?
Suluja signifie, dans la langue de la région de Yei, le "commencement".
Le première édition de ce Grand Cru est en effet le commencement d'une belle histoire, celle de la renaissance d'un terroir, de la reconstruction d'un pays et de l'engagement d'une entreprise dans la création de valeur partagée.

Su­luja si­gni­fie, dans la langue de la ré­gion de Yei, le "com­men­ce­ment".
La pre­mière édi­tion de ce Grand Cru est en effet le com­men­ce­ment d'une belle his­toire, celle de la renais­sance d'un ter­roir, de la re­cons­truc­tion d'un pays et de l'en­ga­ge­ment d'une en­tre­prise dans la créa­tion de va­leur par­ta­gée.

Suite ici (lien).

Suluja signifie, dans la langue de la région de Yei, le "commencement".
Le première édition de ce Grand Cru est en effet le commencement d'une belle histoire, celle de la renaissance d'un terroir, de la reconstruction d'un pays et de l'engagement d'une entreprise dans la création de valeur partagée.
Suluja signifie, dans la langue de la région de Yei, le "commencement".
Le première édition de ce Grand Cru est en effet le commencement d'une belle histoire, celle de la renaissance d'un terroir, de la reconstruction d'un pays et de l'engagement d'une entreprise dans la création de valeur partagée.

Suluja signifie, dans la langue de la région de Yei, le "commencement".
Le première édition de ce Grand Cru est en effet le commencement d'une belle histoire, celle de la renaissance d'un terroir, de la reconstruction d'un pays et de l'engagement d'une entreprise dans la création de valeur partagée.

dimanche 22 novembre 2015

Soudan du Sud, "berceau du café"? Un grand potentiel

Grâce à l'engagement de George CLOONEY pour le Soudan du Sud, une capsule de café "made in South Sudan" a été lancée.... Et c'est en FRANCE qu'ont eu lieu les premières ventes!

Nespresso envisage d’investir quelques 2,6 millions de dollars au Soudan du Sud durant les prochaines années pour soutenir le développement de son projet, qui inclut notamment son extension à plusieurs milliers d’agriculteurs d’ici à 2020.

Une stratégie qui se situe dans le long terme, “le café pouvant se hisser au deuxième rang des produits destinés à l’exportation dans ce pays, après le pétrole”, poursuit Quartz Africa en citant William Warshauer, un responsable de TechnoServe.
“Le Soudan du Sud est connu dans certains milieux comme étant ‘le berceau du café’. Selon Nespresso, ce pays serait l’un des rares endroits au monde où poussent à l’état sauvage les variétés de café arabica et robusta.”

Le reste de l'article du Courrier International est consultable ici (lien).

mardi 10 novembre 2015

La France peut goûter en Première mondiale le café de Yei

Il vient de la région de Yei, non loin de Juba. Il pousse à l’état sauvage, il est l’un des plus rares au monde, 100% Robusta, et son goût soyeux aurait un parfum intense de céréales séchées, sublimé par de subtiles notes boisées.

Le café «Suluja ti South Sudan» est exporté depuis le mois d’octobre en France par Nespresso.
A 80 centimes d’euros la capsule.

Lire la suite ici (24 Heures). 

vendredi 6 novembre 2015

FRANCE, 1er pays pour la capsule Nespresso Sulaja ti South Sudan

Très investi dans le soutien à l'un des pays les plus pauvres de la planète, George CLOONEY, la star américaine, a convaincu l'entreprise basée en Suisse de développer un café venant du Soudan du Sud.

Les amateurs de capsule Nespresso vont pouvoir rajouter une référence à l'innombrable panoplie d'Arpeggio, de Volluto, de Livanto et autre Kazaar… Dès ce mois d'octobre en effet, la France aura le privilège d'être la première à accueillir la capsule «Suluja ti South Sudan», venant, comme son nom l'indique, du Soudan du Sud...

Lire la suite sur Le Figaro (lien).

mercredi 4 novembre 2015

mardi 3 novembre 2015

Enquêtes de terrain au Soudan du Sud (Le Monde, Bruno Meyerfeld)

A signaler cette semaine une EXCEPTIONNELLE SERIE D'ENQUETES sur les sites du quotidien LE MONDE et sur LE MONDE AFRIQUE.

Elise Barthet (2.11/2015) signe une belle analyse sur les impasses de l'accord de paix (lien), et Bruno Meyerfeld, envoye spécial à Juba, propose une excellente synthèse de la situation (lien), et des témoignages de première main enregistrés à Bentiu (lien).

Enfin, le site principal du Monde s'interroge, toujours sous la plume de Bruno Meyerfeld: "Mais où est donc passé l'Eldorado sud-soudanais" ? (lien).

Du très beau travail d'enquête, comme on aimerait en lire davantage.